سعر النفط يقلق الحكومة مرة أخرى


حصة هذه المادة مع أصدقائك:

La fièvre n’est toujours pas retombée sur les marchés pétroliers. Après avoir atteint 71,62 dollars lors des échanges électroniques à Londres, lundi 17 avril, le baril de Brent de la mer du Nord a dépassé ce record, mardi matin, pour parvenir à 72 dollars lors des premiers échanges. A New York, les cours sont également restés très élevés : le light sweet crude est monté, mardi, à 70,88 dollars – plus haut que le 30 août 2005, quand le passage dévastateur de l’ouragan Katrina sur le golfe du Mexique avait propulsé le baril à 70,85 dollars en séance.

Ce mouvement a entraîné une augmentation des prix à la pompe qui inquiète le gouvernement français. Le ministre de l’économie a exclu, mardi, sur France Inter, toute baisse de la taxe intérieure sur les produits pétroliers (TIPP), estimant que « ça ne sert à rien ». Thierry Breton a cependant réaffirmé qu’en cas de « mouvements erratiques sur les prix à la pompe », il n’excluait pas de « réunir à nouveau les opérateurs pétroliers à Bercy pour veiller à ce que la répercussion se fasse de façon lissée », comme Total s’y était d’ailleurs engagé en septembre 2005.


إقرأ المزيد

تعليقات الفيسبوك

قم بكتابة تعليق

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها ب *